Ouvrir le menu principal

Page:Grave - Les Aventures de Nono.djvu/364

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


barras du choix pour terrasser le prisonnier le plus robuste, et il ouvrait les armoires les unes après les autres, leur montrant une infinité de petits instruments, acérés et aigus comme des serres d‘oiseaux de proie.

Hans demanda comment les prisonniers passaient leur temps.

Ils étaient forcés de travailler pour le compte d‘entrepreneurs qui, en faisant des cadeaux aux administrateurs, aux directeurs, achètent le droit exclusif de faire travailler les prisonniers, au prix qui leur convient, bien au-dessous de ce qu’ils seraient forcés de payer à un ouvrier libre. Ce qui leur permettait de réaliser de grands bénéfices et de vivre en grands seigneurs.

Hans demanda comment il se faisait que Monnaïus tolérât ces injustices.

Mais le geôlier leur expliqua qu’il n’y avait rien de répréhensible dans cela. C’était aux prisonniers à ne pas se mettre hors des honnêtes gens. Ils étaient en prison pour leur punition.

Hans et Mab pensèrent que ceux qui se chargeaient de mettre les autres en prison de-