Ouvrir le menu principal

Page:Grave - Les Aventures de Nono.djvu/318

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



Les artistes acceptèrent, quoiqu’ils eussent préféré courir le village. Mais refuser de gagner une pièce d’or aurait pu faire naître des soupçons. Il fallait qu'ils accomplissent leur métier en conscience. Ils suivirent donc le propriétaire qui leur promit en route un bon souper, pour ne pas les lâcher, de peur qu’un concurrent ne vînt les lui enlever en leur offrant davantage.

Arrivés chez lui, notre homme les fit conduire à la cuisine et servir à manger. Une grande terrine de son et de pommes de terre fut mise dans un coin pour Penmoch, car Hans et Mab, ne voulurent pas que leur ami fût mené à l‘écurie.

Puis les invités du propriétaire étant arrivés, un domestique mena les artistes dans une grande salle au milieu de laquelle se dressait une table couverte de cristaux et d’argenterie, attendant les convives.

Le domestique les installa sur une estrade, abritée par un rideau. Ils devaient, pendant le repas, jouer leurs airs variés pour l’amusement du propriétaire et de ses invités.