Ouvrir le menu principal

Page:Grave - Les Aventures de Nono.djvu/294

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


avait été prévenu par le carabe que Nono avait délivré de la mésange.

Il avait assisté à son entrevue de la veille avec Monnaïus, il s‘était rendu compte du danger que courait l’enfant, et s’était posté non loin de lui pour l’avertir. Mais un ennemi lui ayant fait la chasse, il avait dû fuir, puis se cacher pour échapper à la poursuite ; c’est en se rendant à Autonomie qu’il avait assisté à l’enlèvement, et qu’il avait couru avertir Labor.

La fureur des enfants fut grande contre Monnaïus. Ils l’auraient certainement mis en pièce, s’il leur était tombé entre les mains. Mais Monnaïus était maintenant derrière le mur de son château-fort à l’abri de leur colère.

Le manque de confiance de Nono fut généralement blâmé; mais comme il en était la première victime et dans le malheur, on laissa les récriminations de côté afin d’aviser à ce qu’il était possible de faire pour le tirer des griffes du roi d’Argyrocratie.

Solidaria, qui était revenue de sa poursuite