Ouvrir le menu principal

Page:Grave - Les Aventures de Nono.djvu/278

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


compartiment installé sur un des côtés de la salle, en face de lui, un autre compartiment où se tenaient douze notables Monnaïens, présentant toute sorte de types : paon, buse, vautour.

Au fond, sur une estrade, une espèce de comptoir, avec une sorte de tribune sur la droite de ce comptoir, près de la ménagerie où étaient enfermés les notables Monnaïens.

Dans le fond de l’estrade, bien en arrière du comptoir, d’autres Monnaïens, appartenant à l’aristocratie. Les variétés de types était si nombreuses qu'un moment, Nono se crut au Jardin des Plantes.

La première moitié de la salle était garnie d’une variété de Monnaïens habillés de robes noires ; ils ressemblaient à des pies ou à des perroquets.

Au fond de la salle, séparée par une balustrade, des Monnaïens appartenant aux classes misérables. Là, dominait la ressemblance avec le mouton, le bœuf et l’âne.

À une autre espèce de tribune près de Nono, se tenait un autre être de l’espèce qu’il avait vue