Ouvrir le menu principal

Page:Grave - Les Aventures de Nono.djvu/142

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


qu’il semble considérer avec grand intérêt.

— Monsieur Botanicus, voyez donc la drôle de plante. Je crois que c’est un piège à mouches !

— Çà, fit Botanicus, assurant ses lunettes, et en élevant la plante à hauteur de ses yeux c’est la Dionée attrape-mouches, genre de plante de la famille des Droséracées aux feuilles radicales, coupées sur les bords de profondes dentelures dont les deux moitiés — comme vous pouvez le voir — et il leur fit admirer la plante — sont teintes d’un beau rose de chair et se reploient brusquement, à la façon d’un piège à loup, sur l’insecte qui, attiré par l’éclat de cette couleur, est assez imprudent pour venir s’y poser.

Non seulement, cette plante les fait prisonniers, mais elle les mange ! »

Et comme les enfants ouvraient des yeux interrogateurs.

— Mais oui, elles les mange ! non pas comme vous mangez une pomme avec une bouche et des dents. Mais laissez-la quelque temps avec