Ouvrir le menu principal

Page:Grave - Les Aventures de Nono.djvu/129

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



ordinaires, ils se gâteraient pour rien.

Mais ici, comme c’est un défaut sans excuse de mettre à part des choses dont on ne peut tirer aucun parti soi-même, alors qu’elles peuvent être utiles à d'autres ; pour punir les avares, elles se changent en lutins qui, s’ils avaient été plus nombreux, t’auraient entraîné chez notre ennemi Monnaïus avant que je puisse te venir en aide.

Pour cette fois-ci, sois-en quitte pour la peur, mais ne recommence pas. »

Et, ayant embrassé Nono, elle disparut comme elle était venue, tandis que ce dernier, tout penaud, se glissait tout frissonnant dans le lit, craignant de voir reparaître les horribles monstres qui l‘avaient tant effrayé.