Ouvrir le menu principal

Page:Grangé et Millaud - Les hannetons.pdf/60

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


––––––––––Qu’il est propret,
––––––––––––Coquet !
–––––––Admirez ce p’tit ballet,
–––––––Admirons

Les danseuses dansent un pas, puis se retirent.


LE TROISIÈME RÉGISSEUR.

Eh bien ! et ensuite ?


DICKSON.

Voilà tout !


LE TROISIÈME RÉGISSEUR.

Quoi, ces deux danseuses ?…


JENNY.

C’est notre corps de ballet.


LE RÉGISSEUR.

Diable ! c’est maigre ! Ah ça, mais il faut donc dire adieu à la musique ? il n’y a donc plus de musique ?


Scène VII

Les Mêmes, LES TZIGANES, avec leurs instruments, violons, violoncelles, clarinettes, cors, trompettes, triangle, etc, etc. Le Printemps est en Tzigane, avec un ophicléide.



LE CHEF DES TZIGANES, avec un bâton de mesure.

Plus de musique ! qui dit cela ?


LE PRINTEMPS.

Qu’est-ce qui a dit qu’il n’y a plus de musique ?


LE RÉGISSEUR.

Des Hongrois !


JENNY.

Des Tziganes !


LE CHEF DES TZIGANES.
Air : de Raphaël et Galuchet. (La Diva.)


––––––Y a des gens qui s’disent des Tziganes,

LE PRINTEMPS.
––––––Y a des gens qui s’disent des Hongrois,

LE CHEF.
––––––Et qui n’sont pas du tout Tziganes.

LE PRINTEMPS.
––––––Et qui n’sont pas du tout Hongrois.

LE CHEF.
––––––Nous, nous sommes les vrais Tziganes.

LE PRINTEMPS.
––––––Nous, nous sommes les vrais Hongrois.

LE CHEF.
––––––C’ qui nous distingu’ des faux Tziganes…

LE PRINTEMPS.
––––––C’ qui nous distingu’ des faux Hongrois…