Ouvrir le menu principal

Page:Grangé et Millaud - Les hannetons.pdf/48

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



LE CHEF DE CLAQUE.

Au nouvel Opéra, c’est indispensable.


LE PRINTEMPS.

Ah ! je ne savais pas.


LE CHEF DE CLAQUE.

Allez vous faire recevoir bachelier.


LE PRINTEMPS.

C’est que ça me paraît bien compliqué… Il faudrait quelques études préalables, et ça me ferait manquer le premier acte.


LE CHEF DE CLAQUE.

Alors, c’est cinq louis.


LE PRINTEMPS.

Cinq louis, pour claquer ?


LE CHEF DE CLAQUE.

Oui, cinq louis pour claquer.


LE PRINTEMPS.

Qu’est-ce que ça coûte donc une place où l’on n’a pas besoin de claquer ?


LE CHEF DE CLAQUE.

Quinze francs.


LE PRINTEMPS.

Alors, je vais prendre une place où l’on ne claque pas, je ne tiens pas du tout à claquer.


LE CHEF DE CLAQUE.

Il n’y en a plus ; toute la salle est louée pour quarante-sept ans.


LE PRINTEMPS.

Bigre !


LE CHEF DE CLAQUE.

Le plus simple est encore d’aligner vos six louis.


LE PRINTEMPS.

Vous m’avez dit cinq louis…


LE CHEF DE CLAQUE.

Un mot de plus, ce sera sept.


LE PRINTEMPS, à part, en donnant l’argent.

Ah ! Pontauchoux, c’est bien pour toi !… quand je dis pour toi, je veux dire pour elle !


LE CHEF DE CLAQUE.

Seulement, allez vous vêtir en conséquence… vous trouverez à gauche, en sortant, un loueur de costumes de cour… On n’entre pas costumé de la sorte à l’Opéra !… Dépêchez-vous. (On entend une cloche.) J’entends la cloche !


LE PRINTEMPS.

La cloche ! ah fichtre !… Je cours.

Il sort. Des spectateurs des deux sexes entrent.