Page:Grangé et Millaud - Les hannetons.pdf/46

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


ACTE TROISIÈME




Cinquième Tableau.
L’escalier du nouvel Opéra





Scène PREMIÈRE

Claqueurs, puis LE CHEF DE CLAQUE.



CHŒUR.
Air : Bien bichonnés. (Vie parisienne.)
––––––––––Tous, au devoir,
––––––––––Il faut nous voir,
––––––––––Quand nos battoirs,
––––––––––Vont, tous les soirs !
––––––––––––Claquant,
––––––––––––Tapant,
––––––––––––Poignets
––––––––––––Tout prêts,
––––––––––––Et discrets,
––––––Quand paraît la grande chanteuse,
––––––Quand survient la grande danseuse,
––––––C’est nous qui faisons leur succès !

LE CHEF DE CLAQUE, entrant, très-bien mis, avec une brochette de décorations étrangères.

Messieurs de la claque du théâtre de l’Opéra, appelé à l’honneur d’être votre chef, je désire vous donner quelques conseils.

Air : Avant toute chose, il faut être. (Vie parisienne.)
––––––Ayez surtout de la souplesse
––––––Dans les poignets et dans les bras,
––––––Et si vous trouvez que la pièce
––––––Est ennuyeus’, ne le dit’s pas !

CHŒUR.
––––––––––Ne l’disons pas !

LE CHEF DE CLAQUE.
––––––Si le ténor que l’ public aime
––––––Fait un couac, messieurs, quand même,
––––––––––Tapez des mains !
––––––Comportez-vous en vrais romains !