Page:Grangé et Millaud - Les hannetons.pdf/44

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



LE PRINTEMPS.

Oui, vous avez raison. — Et votre mari, le farouche monsieur Pontauchoux ?


MADAME PONTAUCHOUX.

Je crois qu’il m’a suivie.


LE PRINTEMPS, cherche à se relever et retombe.

Ah ! grand ciel !


MADAME PONTAUCHOUX.

Ah ! que c’est froid !


LE PRINTEMPS, il met son mouchoir par terre et madame Pontauchoux s’assied dessus.

Vous disiez donc que votre mari ?…


MADAME PONTAUCHOUX.

Oh ! avec ce temps-là, il a dû tomber quelque part, et il ne viendra pas.


LE PRINTEMPS.

Ah ! que je voudrais vous serrer dans mes bras ! vous dire combien je vous aime ! je brûle, je brûle !


MADAME PONTAUCHOUX.

Ah ! vous avez encore une rude chance, vous !


LE PRINTEMPS, s’expliquant.

C’est à l’intérieur !


PONTAUCHOUX, dans la coulisse.

Où sont-ils ? où sont-ils ?


MADAME PONTAUCHOUX, se relevant effrayée.

C’est lui ! c’est mon mari !... il s’est fait ferrer à glace !…


PONTAUCHOUX, entrant.

Que vois-je ? ma femme avec un séducteur !


MADAME PONTAUCHOUX.

Mon ami !…


PONTAUCHOUX.

Monsieur, votre conduite à mon égard est bien mesquine !

Il tombe.


LE PRINTEMPS.

Permettez !

Il tombe.


PONTAUCHOUX, à terre.

Tu m’en rendras raison !…


LE PRINTEMPS, de même.

Quand vous voudrez !


MADAME PONTAUCHOUX.

Un duel !


LE PRINTEMPS.

Voici ma carte.