Page:Grandville - Cent Proverbes, 1845.djvu/444

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
344
LÀ OÙ SONT LES POUSSINS

mes nièces, voici les roses que je vous ai adroitement enlevées ; et vous, mes neveux, tâchez une autre fois de mieux veiller sur les bruyères, surtout quand elles doivent servir à vous faire reconnaître. Vous voyez que j’ai assez bien rempli mon rôle ; on peut tromper une duègne, mais une mère jamais, car, vous le savez :

Là où sont les poussins la poule a les yeux.
Grandville - Cent Proverbes, 1845 (page 438 crop).jpg