Page:Grandville - Cent Proverbes, 1845.djvu/267

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
196
201
QUAND TU ES PRESSÉ.

mon expérience me donne le droit de te recommander ; suis-les toujours, et tu arriveras. Va, tu es le mieux partagé de mes héritiers ; je te laisse le fruit de quatre-vingts ans d’études.

Quand M. de P. fut mort, M. de T. ouvrit le portefeuille. Sur la première feuille on lisait ce proverbe, écrit de la main du duc :

Habille-toi lentement quand tu es pressé.

Toutes les autres feuilles étaient blanches. M. de T. suivit le conseil à la lettre, et sa fortune sous la révolution, le consulat, l’empire, la restauration et le gouvernement de juillet, lui prouvèrent que M. de P. avait raison.

Grandville Cent Proverbes page111 (cropped)-2.png