Page:Grandville - Cent Proverbes, 1845.djvu/144

Cette page a été validée par deux contributeurs.


Grandville Cent Proverbes page111 (cropped)-1.png


EN LA MAISON DU MÉNÉTRIER
CHACUN EST DANSEUR.


----


Ô fortune ennemie ! quand cesseras-tu de me poursuivre ? Et toi, Terpsichore, si jamais mes entrechats te furent agréables, si jamais tu daignas sourire à mes pirouettes, prends en pitié un de tes plus fidèles serviteurs. Depuis le jour fatal où l’imprudence d’un machiniste de province me précipita du haut de l’Olympe et me rendit boiteux, cette affreuse déesse qu’on nomme la débine n’a cessé de me poursuivre. J’ai dû dire adieu