Ouvrir le menu principal

Page:Grande Encyclopédie I.djvu/812

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
AGATHOCLE — AGATHON
— 776 —


fils a perdu une bataille et ses soldats, manquant de vivres, sont sur le point de se révolter. Agathoele ranime leur courage, apaise leur courroux et les mène au combat, mais battu, puis abandonné par la meilleure partie de ses troupes, manquant de confiance en lui-même, et craignant que la Sicile ne se soulève à la nouvelle de sa défaite, il laisse l’armée sous la conduite de ses deux fils et repasse secrètement la mer. A son arrivée en Sicile il apprend que ses troupes se sont révoltées, que ses fils ont été massacrés et que l’armée d’Afrique, obéissant à de nouveaux chefs, vient de faire la paix avec les Carthaginois. Pris de fureur, il lève de nouveaux soldats, s’empare de la ville d’Egeste, révoltée contre son autorité, et passe les habitants au iil de l’épée. De retour à Syracuse, il fait massacrer par son frère Antandre tous les parents des soldats qui viennent de faire périr ses tils en Afrique et proscrit un grand nombre de citoyens. Ces cruautés soulevèrent la Sicile tout entière et Dinocrate, qu’il avait exilé, se met à la tète des mécontents. Ne pouvant plus compter sur personne, Agathocle fait alliance avec les Carthaginois, leur cède toutes les villes jadis en leur pouvoir et offre même à Dinocrate l’autorité suprême en échange de deux places fortes qu’il veut conserver pour sa suret/ personnelle. Dinocrate refuse, mais Agathoele débauche son armée, le bat complètement et lui fait grâce une seconde fois. La paix intérieure rétablie, il reconquiert la Sicile, à l’exception des villes qu’il a cédées aux Carthaginois, et se trouve plus puissant que jamais. 11 gouverne alors très sagement. Mais son esprit d’aventures lui interdisait le repos. Il entreprend des expéditions de véritable piraterie, pille les lies Lipari (303), brùle la flotte du roi de Macédoine, Cassandre, devant Corcyre (301), et fait cadeau de cette île à Pyrrhus, roi d’Epire, qui devient son gendre. Plus tard, il pille Crotone (295) et ravage le pays des Bruttiens. Il préparait une nouvelle expédition contre Carthage, quand il fut empoisonné à l’instigation de son petit-fils. Ce tyran était d’un caractère cruel et dissimulé, mais habile "politique ; il savait afficher à propos la plus grande modestie et le désintéressement le plus profond ; il affectait de faire souvent placer sur sa table des vases de terre, afin, disait-il, de rappeler sa naissance, et d’étouffer l’orgueil auquel poussait l’éclat de la dignité royale. Il venaitaux assemblées publiques seul et sans gardes, afin de marquer sa confiance dans le peuple et de soigner sa popularité. Il y contrefaisait les orateurs, répétait leurs gestes en les réfutant, et savait toujours faire rire à leurs dépens le peuple qui l’acclamait. Adhémard Lecler.

AGATHOCLE, historien grec, né à Cyzique, et qu’on suppose avoir vécu dans le second siècle av. J.-C. De son Histoire de Cyzique dont parlent Cicéron, Pline et Athénée, il ne nous reste que quelques fragments.

— On a quelquefois confondu cet auteur avec un Agathoele, natif de Chio, qui, au dire de Vairon et de Pline, aurait écrit sur l’agriculture, et avec un autre né à Milet qui, dit Plutarque, écrivit sur les fleuves, ou encore avec un troisième Agathoele cité par Suidas comme ayant traité de la pêche.

AGATHOCLÉE, courtisane fameuse d’Alexandrie, morte en 204 av. J.-C. Elle fut aussi célèbre par l’éclat de sa beauté que par sa fortune et ses crimes. Ptolémée Philopator, roi d’Egypte, en étant devenu amoureux, ne craignit pas d’empoisonner Cléopâtre, sa femme, et de l’époiiser, malgré ses antécédents. A la suite de ce crime, elle acquit sur Ptolémée un tel ascendant que bientôt sa fortune personnelle surpassa celle des plus riches d’entre ses sujets. Ptolémée étant mort subitement, Agathoclée, aidée de sa mère, Aenauthe, tenta, mais en vain, de faire périr le prince héritier, Ptolémée Epiphane, alors âgé de cinq ans. L’enfant se sauva du palais, et ses partisans, ayant soulevé le peuple contre la courtisane et sa mère, s’emparèrent du palais et les massacrèrent.

AGATHOCLÉE (Agathocleia), reine grecque de la Bactriane, dont on possède quelques rare monnaies de cuivre


à légende en grec et en bactrien. La partie bactrienne (alphabet du N.-O.) contient les titres de Straton « grand roi juste, sauveur » ce qui a fait supposer qu’Agathoclée était ou l’épouse de Straton Ier (V. ce mot) ou de sa famille — milieu du iie siècle av. J.-C. E. Dr.

Bibl. : Prinsep, éd. Thomas ; Londres, 1858. — Cunningham, dans Numism. chronicle, X. S. 1868, 1869 et 1870. — A. von Sallet, Die Nachfolger Alexanders des Grossen in Baktrien ; Berlin, 1879, in-8.

AGATHOCLÈS, roi grec de la Baetriane, contemporain ou successeur de Pantaléon vers 140 ou 130 av. J.-C. On possède de très beaux tétradrachmes et des pièces de cuivre de ce prince : les légendes sont en grec, en écriture bactrienne (alphabet du N.-O.) et en écriture indo-palie (alphabet du S.-E.) au nom de Agathoclès et de ses prédécesseurs : Antiochus Nikator, Diodote et Euthydème. E.’Dr.

Bibl. : (V. Agathoclée).

AGATHODÆMON. I. Mythologie. — Divinité bi n faisante en l’honneur de laquelle, à la fin du repas, les Grecs buvaient un peu de vin pur, eu une coupe qui se nommait coupe d’Agathodæmon. De là, le nom d’Agathodœmonistes donné aux gens sobres par Hésycbius et quelques autres auteurs. — Les Grecs appelaient aussi Agathodæmon le dieu symbolique du Nil, génie de la bienfaisance et de la fécondité, que les Egyptiens appelaient Kneph. Les anciens monuments de l’Egypte représentent ce dieu sous la forme d’un serpent dont la tête est couronnée d’une espèce de diadème, et dont le corps, replié en de nombreux anneaux, est terminé par une fleur de lotus ou un bouquet d’épis de blé. Le musée du Louvre en contient plusieurs représentations très curieuses. Agathodæmon eut une importance particulière aux yeux des gnostiques (V. ce mot). A. L.

II. Alchimie. — Agathodæmon est une des autorités alchimiques dont le nom réparait le plus souvent dans les énumérations d’auteurs ; il y figure à côté d’Hermès (Y. ce mot). Zosime et Olympiodore se réfèrent à lui. Nous avons sous son nom un Commentaire sur l’oracle d’Orphée (Ms. de Paris 2327, fol. 262 à 264) et un Commentaire sur l’Enigme tiré des livres sibyllins (id., fol. 234 à 237), deux écrits se rattachant à la série des livres hermétiques dans l’ensemble de la collection des alchimistes grecs (V. Alchimie). C’est assurément un personnage mythique, le même que celui dont il a été question ci-dessus. A.-M. B.

AGATHODES (Agathodes Don.). Genre de plantes de la famille des Gentianacées, dont l’unique espèce, A. angustifolia Don (Swertia angustifolia Wall.), est une herbe indienne a feuilles opposées et à fleurs disposées en panicules à l’extrémité d’une tige tétragone ; les fleurs ont un calice quadripartite, une corolle hypogyne, rotacée, à quatre divisions glanduleuses à la base, quatre étamines insérées sur la gorge de la corolle, et un ovaire uniloculaire surmonté d’un stigmate sessile bilobé. Le fruit est une capsule uniloculaire qui s’ouvre à la maturité en deux valves pour laisser échapper un grand nombre de graines très petites. La racine, amère, est employée, dans le nord de l’Inde, comme tonique, stomachique et fébrifuge. Ed. Lef.

AGATHŒRGES (Άγαθοεργοι. Ce nom était donné par les Spartiates à une catégorie de citoyens à qui étaient réservées les ambassades publiques. Tous les ans on prenait, parmi les 300 hommes d’élite ou Hippcis qui, dans la guerre, servaient de gardes du corps au roi, les cinq plus âgés, et c’est ainsi que se recrutaient les agathoerges.

AGATHON, poète tragique athénien, né vers 447 av. J.-C., mort vers 400. Il était fils de Tisamène et appartenait à l’une des familles les plus considérables d’Athènes. Beau, riche, aimable, généreux, sa maison était le centre d’une société polie et lettrée qui aimait à se réunir à sa table hospitalière et qui fêtait son succès avec une sympa-