Page:Grande Encyclopédie I.djvu/21

Cette page n’a pas encore été corrigée
xi
AVANT-PROPOS





AVANT-PROPOS


_______________________


Peut-être ne déplaira-t-il pas au public d’avoir quelques détails exacts sur le travail que représente une oeuvre comme l’encyclopédie que nous entreprenons de lui donner ?

Bien que la méthode que nous avons employée ne soit pas la seule dont on puisse se servir, il nous a paru intéressant de résumer les procédés matériels dont l’expérience nous a amenés à user pour la mise en oeuvre de cette vaste besogne.

Quand on a fixé le nombre des volumes dont l’ouvrage doit se composer - nombre qui varie nécessairement suivant le plan général adopté par les éditeurs, - on dresse la liste des sciences générales, puis celle des sciences spéciales qui en dérivent.

On établit par ordre alphabétique la liste des mots qui rentrent dans chacune de ces sciences ; ces mots sont transcrits sur des fiches et transmis à chacun des directeurs ou chefs de groupe placés à la tête des sections diverses de l’oeuvre. Chaque directeur revise cette liste. Il écarte les mots qui lui semblent inutiles ; il insère ceux qu’il juge utile d’ajouter. Le vocabulaire ainsi arrêté, les mots sont répartis par les directeurs entre les collaborateurs, dont ils ont la désignation.

Cela fait, comment convient-il de traiter un mot déterminé ?

Nous estimons qu’il faut avant tout se rendre compte de ce qu’ont dit sur ce sujet les encyclopédies qui ont précédé la nôtre, ainsi que les dictionnaires spéciaux.

Une fois ce premier examen fait, il s’agit de fixer la longueur qu’il faut donner à chaque article. Pour déterminer autant que possible cette donnée, il convient de savoir que la Grande Encyclopédie doit contenir 25 volumes de 1,200 pages environ chacun, chacune de ces pages étant divisée en deux colonnes, et chacune de ces colonnes composée de 73 lignes : soit 60,000 colonnes représentant 4,380,000 lignes. Ces lignes elles-mêmes se composent de 50 lettres imprimées en caractère corps huit, non compris la ponctuation et les espaces fines.

Ces données établies, on arrive à la répartition approximative qui suit :

Mathématiques et Astronomie 3,000 colonnes. 219,000 lignes.

Physique et Chimie 4,500 - 328,500 -

Industrie 3,000 - 219.000 -

Sciences naturelles 4,500 328,500 -

Médecine 3,600 - 262,800

Philosophie 3,000 - 219,000 -

Histoire et Géographie 9,000 - 657,000 –

Politique, Économie politique, Adminis-

tration et Finances 4,500 - 328,500 -

Droit et Jurisprudence 4,500 - 328,500

A reporter 39,600 colonnes. 2,890,800 lignes.