Page:Grand’Halte - Une femme nue à la caserne, 1921.djvu/7

Cette page a été validée par deux contributeurs.


Grand’Halte - Une femme nue à la caserne, 1921 - Bandeau01



LA CHUTE D’UN ANGE


Une cour de quartier c’est toujours grand et carré. On y trouve à terre du petit gravier, autour des bâtiments somptueux et dans un coin l’adjudant de semaine.

Or, celle de Saint-Crépin, ne différait point de ses sœurs, sauf que l’adjudant de semaine, à la minute exacte où commence cette histoire, venait de s’enfermer au bureau afin de se livrer dans la solitude à la douceur de l’injection au permanganate.

En revanche, il y avait du soleil et au centre le maréchal des logis Couleuvrine, rêveur et désœuvré.

Les bottes de Couleuvrine brillaient au soleil, et ces bottes, le margis les admirait, les tapotant amicalement d’une cravache flatteuse.