Page:Grand’Halte - Une femme nue à la caserne, 1921.djvu/29

Cette page a été validée par deux contributeurs.


Grand’Halte - Une femme nue à la caserne, 1921 - Bandeau01

LA RE-RECHUTE D’UN ANGE


La comtesse de Presfez avait autour de sa table, réuni en un dîner intime, quelques amis en l’honneur de mistress Prickshole.

À l’Américaine on avait montré la mairie, la sous-préfecture, l’urinoir municipal et la caserne. Il ne restait plus que de lui présenter en liberté le principal sujet d’orgueil des Crépineuses ; j’ai nommé le maréchal des logis Couleuvrine.

Pour cela aucun officier n’avait été invité, à cause des barrières infranchissables de la hiérarchie. Il n’y avait, du reste, outre Bessie, que monsieur et madame de Lamottemoussue ; la chanoinesse de Cacenoy qui avait cinquante ans et sa virginité ; monsieur Panaripurulent, professeur de philosophie.