Page:Gouges - Le couvent - 1792.pdf/72

Cette page a été validée par deux contributeurs.
60
LE COUVENT,


Sœur Agathe.

Ma Sœur, tâchez de vous remettre, vous n’en êtes pas encore là ; il eſt vrai que les approches doivent nous faire trembler : quoi ! après nous avoir fait paſſer les plus belles années de notre jeuneſſe dans les Cloîtres, on nous forceroit à reparoître dans le monde, flétries par toutes les privations imaginables !


Sœur Félicité.

Ma Sœur, je n’ai que vingt-trois ans, me trouvez-vous bien changée depuis que je ſuis parmi vous ?


Sœur Agathe.

J’ai deux ans plus que vous, Sœur Félicité, me trouvez-vous bien défaite ?


Sœur Félicité.

Vous êtes fraîche encore comme une roſe, Sœur Agathe.


Sœur Agathe.

Vous me faites plaiſir. Si vous revenez dans le monde, vous ne manquerez pas, ma Sœur, de trouver des Chevaliers comme Sœur Julie ; mais, ma Sœur, ſéparons-nous, voici Madame l’Abbeſſe.