Page:Gouges - Le couvent - 1792.pdf/67

Cette page a été validée par deux contributeurs.
55
DRAME.

contre vous tous, & Monſieur, que vous avez amené va la mettre ſous la protection de la loi.


L’Abbesse.

Ceux qui n’ont avec le monde aucune communication ſont-ils encore dépendans de ſes loix ?


Le Commissaire, avec fermeté.

Dans aucuns ſiècles, je penſe, ils n’en ont été exempts. M’avez-vous fait appeller, Madame, pour vous y refuſer ? Si vous avez cru pouvoir vous y ſouſtraire, vous êtes dans l’erreur, & pour vous le prouver, je commence par vous ordonner de ne plus exercer votre autorité ſur la victime qui refuſe de ſe conſacrer aux autels : que dès ce moment elle ſoit libre dans cet aſyle, en attendant que le Tribunal ait prononcé ſur ſa ſortie ſi elle préfère de vivre dans le monde.


Julie.

Non, Monſieur, je ne demande point à ſortir, je chéris ma retraite, mais qu’on ne me force plus à offenſer le Ciel. (au Chevalier.) Adieu, Monſieur, oubliez la malheureuſe Julie, & rapprochez-vous d’un père à qui vous devez obéir. (elle ſort.)