Page:Gouges - Le couvent - 1792.pdf/40

Cette page a été validée par deux contributeurs.
28
LE COUVENT,


Sœur Agathe.

Dieu ſeul ſait pénétrer les replis des cœurs. La Mère Abbeſſe, M. de Leuville, & la Sœur Angélique, n’ont pu juſqu’à préſent vaincre ſa réſiſtance.


Le Chevalier, vivement.

La Sœur Angélique, dites-vous, quelle eſt-elle ?


Sœur Agathe.

La meilleure amie de Julie, celle de nos Sœurs à qui elle eſt la plus attachée, & qui a pris le plus de ſoin de ſon enfance.


Le Chevalier.

Mais cette Sœur connoît le Marquis de Leuville ?


Sœur Agathe.

Oh ! beaucoup, ſouvent ils ont enſemble de très-longues converſations, dont jamais nous n’avons pu pénétrer le motif.


Le Chevalier, à part.

Quel trait de lumière ! c’eſt elle, ſans doute, c’eſt ma tante, ô frère cruel. (à Agathe.) Introduiſez-moi promptement auprès de la Novice, je veux lui parler ſans témoins. Je