Page:Gouges - Le couvent - 1792.pdf/28

Cette page a été validée par deux contributeurs.
16
LE COUVENT,

Couvens une autorité que je n’y ai point ; mais au moins mon caractère excuſe ſuffiſamment ma démarche : & je ne crois point que M. le Marquis puiſſe ſe diſpenſer d’entendre les repréſailles de ſon Paſteur.


Le Grand-Vicaire.

Elles ſont inutiles, & s’il le faut, je vous recommande le ſilence.


Le Curé.

Votre ton me force à juſtifier mes inſtances. (au Marquis.) Liſez, Monſieur, la lettre que je viens de recevoir.


Le Marquis, lisant.

« Il ne reſte plus que ce ſeul moyen, accourez, Monſieur, je vous en conjure par tous les ſentimens de piété & de religion qui vous animent ; empêchez, retardez au moins les vœux que l’on arrache à la malheureuſe Julie. Pour animer votre zèle, ſachez que l’obſtination du Marquis de Leuville cache un myſtère d’iniquité… Le tems le découvrira peut-être… Je ne puis en dire davantage… »

(à part, un peu éloigné & troublé.)

C’eſt Angélique, c’eſt ma Sœur qui a tracé