Page:Gouges - Le couvent - 1792.pdf/20

Cette page a été validée par deux contributeurs.
8
LE COUVENT,

je te promets une récompenſe digne du ſervice que tu m’auras rendu.


Antoine.

C’en eſt fait, je ne réſiſtons plus. J’avons préciſément acheté l’aut’jour au marché la défroque d’un Révérend, & je comptions en faire, pour le Carnaval, un Capucin de paille pour divertir nos filles de village ; vous l’endoſſerez pour divertir la Novice, qui nous paroît ma foi bien triſte, & vaille que vaille, v’là qu’eſt convenu ; mais pourrez-vous prendre l’air piteux, le ton naſillard d’un pauvre diable ? Dame c’eſt votre affaire, une fois dans le Couvent, je n’répondons plus d’vous.


Le Chevalier.

Il s’agit de vaincre la répugnance de mon amante, de la décider à quitter ſa priſon.


Antoine.

Il ſe peut bien que ce ſoit vous qu’elle aime, il s’agit de vous en convaincre, & je ne ſommes pas fâché d’y bouter la main. Je n’ferions pas ça pour tout le monde da ! ça n’feroit pas notre profit. T’nais, je n’ſommes pas fâchais quand queuqu’jolis minois s’enfermont dans c’te cage, y nous y reviant toujours