Page:Gouges - Le couvent - 1792.pdf/19

Cette page a été validée par deux contributeurs.
7
DRAME.


Antoine.

Non, quelquefois il ne ſe trouve pas à la Capucinière, & alors c’eſt le premier venu.


Le Chevalier.

Tu me fais naître une idée charmante ; ſi je prenois la place de ce premier venu, ſi j’endoſſois l’habit de Capucin ? Tu pourrois dire que le Directeur en titre étoit abſent. Ce stratagême ſeroit admirable, divin.


Antoine.

Admirable, divin, pour vous, mais pour moi… Oh ! oh ! M. le Chevalier, vous mettre à la place d’un Confeſſeur pour être à même d’apprendre tous les ſecrets de nos petites Sœurs. Et que diroit la Religion ? Oh ! c’eſt trop fort, c’eſt trop fort, quand j’y réfléchiſſons ſérieuſement.


Le Chevalier.

Ta crainte eſt ridicule, ton ſcrupule n’eſt pas raiſonnable. Crois-tu que ce ſoit la première fois qu’un amant déguiſé eſt entré ſous des vêtements religieux dans ces aſyles. Crois-moi, mon cher Antoine, il ſe paſſe ſouvent dans ces retraites des aventures que le public ignore. D’ailleurs, je prends tout ſur moi, &