Ouvrir le menu principal

Page:Goldenweiser - Le Crime comme peine, la peine comme crime.djvu/57

Cette page a été validée par deux contributeurs.


posée et que présente cette question ? Un imbroglio dans lequel il est impossible à quelqu’un d’inaccoutumé de se reconnaître. L’énoncé de cette question formant le point culminant de toute l’enquête judiciaire semble à Tolstoï être la tête d’un abcès que font mûrir, d’accord, différentes autorités.

Comme pour renforcer la réalité de la signification que voit Tolstoï dans l’inaccessibilité pour les simples mortels au langage judiciaire dans lequel sont formulées les questions et à l’impossibilité de s’y accoutumer, un incident eut lieu, après l’apparition de son roman, à la cour d’assises de Toula, dans une affaire ayant acquis une grande popularité, celle de Nicolas Griasny, acquitté par le jury du crime de parricide, malgré ses aveux. Cet acquittement fut attribué par la procuratie au manque de clarté pour le jury dans le sens des expressions employées dans le texte de la question « avec préméditation » et « par entente préalable avec d’autres personnes » que les jurés voulaient repousser en donnant à la culpabilité même une réponse affirmative. Dans sa conclusion au Sénat concernant cette affaire, le procureur général V. K. Sloutschewski s’étendit longuement sur la confusion dans les idées du jury, dont nous venons de parler. Dans cette conclusion, où se trouve un renvoi à l’arrêt de 1895, n° 17, il soutenait entre autres, les arguments de protestation qui discutaient la justesse du verdict, en se basant encore sur ce que le tribunal permit à la prière de l’accusé, l’au-