Page:Giraudoux - Adorable Clio.djvu/50

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


— Qu’il fasse beau excite mon dégoût, monsieur. Ce soleil me fait vomir. Que vous m’appeliez par mon nom me rend répugnante à moi-même.

— Au revoir, mademoiselle.

— À ne jamais vous revoir, la vie serait une infection !

Alors, je m’en repens, je la pris par le bras, je la forçai à me regarder, j’étais timide, si timide ! mais je ne sais ce qu’elle découvrit sur mon visage, le premier qu’elle vit de face après la face de la mort. Je la tenais juste d’un doigt : elle se débattait violemment et sans pouvoir se libérer. Je ne l’effleurais que du bout de ma plus faible pensée : tout son cœur, tout son cerveau se révoltaient sans mesure et en vain. Elle m’entraîna ainsi jusqu’à sa porte, comme un oiseau son faible piège. Je ne l’ai plus revue.

J’ai demandé à mon Américain comment tu étais fait. Il n’a même pas pu me dire si tu avais de la barbe. Laisse-le te regarder de près.