Page:Giraudoux - Adorable Clio.djvu/25

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


avec un fez, un manteau couleur grenade rejeté sur l’épaule et doublé de crème ; et il souriait ; et il marchait au milieu de la chaussée ; et ce n’était pas qu’il fût le plus brave : c’était que sa tenue était réglementaire.

Ainsi se passa ma soirée... dans les transes. J’avais un col rabattu, les sentinelles me rendaient les honneurs avec pitié comme à ceux, décolletés, que l’on guillotine. J’évitais les cours intérieures, les façades. Je remis mes ordres par les fenêtres qui donnaient sur les routes, sur la campagne. Mes renseignements sur les canons portés et les fourrages américains, je les pris par-dessus des barrières, disparaissant au moindre bruit, comme un espion. A la direction de l’infanterie, centre du Grand Quartier, je pénétrai, malgré la canicule, en manteau, les autres officiers à cols rabattus m’imitaient, et l’on approche avec moins de précautions du pôle. Sur le fauteuil à pivot de Joffre, où Joffre parvenait à ne jamais