Page:Giraudoux - Adorable Clio.djvu/173

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


plus pauvre créature humaine… Ô guerre, entends chaque artilleur qui accroche sa pièce au caisson accrocher un de tes ceinturons !… Ô patrie, une minute encore et tu vas respirer, et de ton sein qui prend haleine me pousser dans du plomb fondu… Ô France, laisse-moi te brouiller de la main comme un jeu auquel on ne jouera plus de tout le jour, de toute la vie… Ô Béarn, chef-lieu Orléans ! Ô Compiègne, chef-lieu Albi… te brouiller avec tous mes autres jeux, pour toujours, pour toujours inutiles… Ô Nuit, chef-lieu Poitiers ! Ô Molière ! Ô bras nus !…

Ô France ! Ô Bien-Aimée !



Septembre 1918.