Page:Giraudoux - Adorable Clio.djvu/127

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


en sort à peu près le chant que tire du piano, quand elle l’essuie, la femme de ménage ; avec, devant soi, sur la plateforme du tramway, au grand soleil, pur comme le croissant de l’ongle quand on prête au feu une main mélancolique, la frange blanche d’une veuve ; la France intacte qu’on appuie chaque jour sur une France infernale, et que crèvent de toutes parts les cheminées d’usine, et, près d’elles, pauvres écouvillons, les peupliers grillés et sales ; la France qu’étirent, de toutes leurs forces, comme un cuir qui se rétrécit, dix mille navires à l’amarre… Voilà que les Savernois l’attendent avec des branches de sapins à la main, comme un cercueil, avec des gourdes de kirsch, comme un noyé. Voilà qu’ils attendent — laissant juste un sentier au milieu de la foule — une file par un de fantômes, de squelettes…

Or,… soudain, ils voient une houle sans terme de grosses faces riantes ; sur des chevaux gras et luisants, ils voient d’éclatants