Page:Giraudoux - Adorable Clio.djvu/125

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Ah ! ne le sens-tu pas qui roule avec une jeune taille, tes villes pour agrafes !

Ah ! Saverne ! avant de rabattre les deux herses de tes portes sur la belle sangle bleue qui va te pénétrer, tire-la en toi jusqu’à ce que l’Europe en défaille !

La France, qu’on a éventrée comme une ville où les tuyaux de plomb ont sauté, — où le bonheur, l’amour n’arrivent plus à chacun par de vastes conduites, et doivent chaque matin se rallumer dans une chambre close comme un feu de bois ; la France, dont les fleuves n’ont plus de repos entre l’étiage et l’inondation ; où, de tant de maux, la température humaine est montée, où l’on a 39 degrés pour un rhume, 40 pour un train manqué, et l’on ne sait quelle inondation aussi rapproche notre tête de l’arche de la vie ; la France, avec ses gares d’où chaque soldat en permission doit pour sortir écarter et bousculer des mères, des épouses,