Page:Gilbert - Le Poète malheureux, 1772.djvu/4

Cette page a été validée par deux contributeurs.




PRÉFACE.



Pourquoi mettre au jour un Ouvrage rejeté par l’Académie Françaiſe ? Les lumières, la juſtice de ce Corps reſpectable peuvent-elles être ſuſpectes ? Que voulez-vous, amis Lecteurs. N’eſt-il pas vrai que vous êtes tous bons Catholiques ? Cependant croyez-vous à l’infaillibilité du Pape ? L’Académie, qui n’eſt point aſſurément inſpirée du Ciel, n’auroit-elle donc pû ſe tromper ? N’avez-vous pas cent fois annullé ſes jugemens ? Par exemple, s’il vous en ſouvient, elle couronna l’année dernière un Ouvrage dont je crois me rappeler le titre. C’eſt, c’eſt… les talens dans leur rapport avec le bonheur & la ſociété. Le Public déſapprouva ſon choix, & ſiffla ſans pitié le Poëme qu’on nous avoit annoncé comme un chef-d’œuvre. Or je vous demande, ſi par une raiſon contraire, il ne ſeroit pas poſſible qu’un Ouvrage fût trouvé bon, quoique ce Tribunal, d’ailleurs très-équitable, l’ait jugé indigne du prix. Je ne prétends