Page:Gide - L’Immoraliste.djvu/259

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


veau. — Je ne sais que faire ; je voudrais demander du secours… Sa main s’accroche à moi désespérément, me retient ; ah ! croit-elle donc que je veux la quitter ? Elle me dit :

– Oh ! tu peux bien attendre encore. Elle voit que je veux parler :

– Ne me dis rien, ajoute-t-elle ; tout va bien. – De nouveau je ramasse le chapelet ; je le lui remets dans la main, mais de nouveau elle le laisse – que dis-je ? elle le fait tomber. Je m’agenouille auprès d’elle et presse sa main contre moi.

Elle se laisse aller, moitié contre le traversin et moitié contre mon épaule, semble dormir un peu, mais ses yeux restent grands ouverts.

Une heure après, elle se redresse ; sa main se dégage des miennes, se crispe à sa chemise et en déchire la dentelle. Elle étouffe. – Vers le petit matin, un nouveau vomissement de sang…