Page:Gibbon - Histoire de la décadence et de la chute de l'Empire romain, traduction Guizot, tome 9.djvu/79

Cette page a été validée par deux contributeurs.


Constantinople, et le massacre de soixante-cinq mille chrétiens. Vitalien continua ses ravages jusqu’à l’époque où il obtint le rappel des évêques, la ratification du concile de Chalcédoine et la satisfaction que demandait le pape. Anastase mourant signa, contre son gré, ce traité orthodoxe, et l’oncle de Justinien en remplit fidèlement les conditions. Telle fut l’issue de la première des guerres religieuses entreprises sous le nom et par les disciples du Dieu de paix[1].

Première guerre religieuse. A. D. 514.

Nous avons déjà montré Justinien en qualité de prince, de conquérant et de législateur ; [Caractère théologique de Justinien : détails sur son administration dans les matières de l’Église. A. D. 519-565.]il nous reste à tracer le caractère de ce prince comme théologien[2] ; et, ce qui donne une prévention défavo-

  1. Les faits généraux de l’histoire, depuis le concile de Chalcédoine jusqu’à la mort d’Anastase, sont consignés dans le Bréviaire de Liberatus (c. 14-19), dans le second et le troisième livre d’Evagrius, dans l’extrait des deux Livres de Théodore-le-Lecteur, dans les Actes des synodes et les Épîtres des papes. (Concil., t. v.) Les détails de la suite se trouvent avec quelque désordre dans les tomes XV et XVI des Mém. ecclés., de Tillemont. Je dois ici prendre congé de ce guide incomparable, dont la bigotterie est contre-balancée par le mérite de son érudition, par le soin qu’il apporte dans ses recherches, par sa véracité et sa scrupuleuse exactitude. La mort l’empêcha de terminer, comme il en avait le projet, le sixième siècle de l’Église et de l’empire.
  2. Les accusations des Anecdotes de Procope (c. 11, 13, 18, 27, 28) avec les savantes Remarques d’Aleman., sont confirmées plutôt que contredites par les Actes des conciles, par le quatrième livre d’Evagrius et les plaintes de l’Afri-