Page:Gibbon - Histoire de la décadence et de la chute de l'Empire romain, traduction Guizot, tome 9.djvu/247

Cette page a été validée par deux contributeurs.


rentra dans le royaume de ses pères, et déploya des vertus qui durent exciter le regret et la jalousie des Grecs. Le fils de Marie fut nommé Alexis ; et, à l’âge de dix ans, il monta sur le trône de Byzance, lorsque la mort de son père eut terminé la gloire de la race des Comnène.

Alexis II. A. D. 1180. Sept. 24.

Des intérêts et des passions opposées avaient quelquefois troublé l’amitié fraternelle des deux fils d’Alexis-le-Grand. L’ambition détermina Isaac sebastocrator à prendre la fuite et à se révolter ; la fermeté et la clémence de Jean-le-Beau le ramenèrent à la soumission. Les erreurs d’Isaac, père des empereurs de Trébisonde, furent légères et de peu de durée ; mais Jean, l’aîné de ses fils, abjura pour jamais sa religion. Irrité d’une insulte qu’il croyait, à tort ou à raison, avoir reçue de son oncle, il abandonna le camp des Romains et se réfugia dans celui des Turcs. Son apostasie fut récompensée par son mariage avec la fille du sultan, par le titre de chelebi ou de noble, et l’héritage d’une souveraineté ; et, au quinzième siècle, Mahomet II se vantait de descendre de la famille des Comnène. [Caractère des premières aventures d’Andronic.]Andronic, frère cadet de Jean, fils d’Isaac et petit fils d’Alexis Comnène, est un des caractères les plus remarquables de son siècle, et ses aventures feraient la matière d’un roman très-singulier. Il fut aimé de trois femmes d’extraction royale, et je dois observer, pour justifier leur choix, que cet heureux amant était formé dans toutes les proportions de la force et de la beauté ; ce qui lui manquait en grâces aimables était bien compensé