Page:Gibbon - Histoire de la décadence et de la chute de l'Empire romain, traduction Guizot, tome 9.djvu/10

Cette page a été validée par deux contributeurs.


guerre religieuse de deux cent cinquante ans ; mon projet est d’y exposer le schisme ecclésiastique et politique des sectes de l’Orient, et de préparer le récit de leurs querelles, si bruyantes et si sanguinaires, par de courtes recherches sur la doctrine de la primitive Église[1].

  1. Comment dois-je m’y prendre pour montrer la justesse et l’exactitude de ces recherches préliminaires que je me suis efforcé de circonscrire et d’abréger ? Si je continue à citer à la suite de chacun des faits et de chacune des réflexions, le monument qui me prouve la vérité, il faudra qu’à chaque ligne je rapporte une liste de témoignages, et chaque note deviendra une dissertation ; mais Pétau, Le Clerc, Beausobre et Mosheim ont compilé, rédigé et éclairci les passages sans nombre des anciens auteurs que j’ai lus dans les originaux. Je me bornerai à m’appuyer dans ma narration du nom et de la réputation de ces respectables guides ; et lorsqu’il s’agira d’un objet difficile à démêler ou très-éloigné, je ne rougirai pas d’appeler à mon secours des yeux plus forts que les miens : 1o. les Dogmata theologica de Pétau étonnent l’imagination par l’immensité du plan de l’ouvrage et celle du travail qu’il a exigé. Les volumes relatifs seulement à l’Incarnation (deux in-folio, le cinquième et le sixième, de huit cent trente-sept pages) sont divisés en seize livres ; le premier est historique, et les autres exposent la controverse et la doctrine. L’érudition de l’auteur est très-étendue et très-exacte ; son latin est pur ; il suit une méthode claire ; il y a de la profondeur et de la liaison dans ses argumens ; mais il est l’esclave des Pères de l’Église, le fléau des hérétiques, l’ennemi de la vérité et de la bonne foi, toutes les fois qu’elles se trouvent en opposition avec les intérêts du parti catholique. 2o. L’Arminien Le Clerc, qui a publié un volume in-4o (Amsterdam, 1716)