Ouvrir le menu principal

Page:Gibbon - Histoire de la décadence et de la chute de l'Empire romain, traduction Guizot, tome 6.djvu/462

Cette page a été validée par deux contributeurs.



CHAPITRE XXXVII.
Origine, progrès et effets de la vie monastique. Conversion des Barbares au christianisme et à l’arianisme. Persécution des Vandales en Afrique. Extinction de l’arianisme parmi les Barbares.

LES affaires du clergé ont eu avec les événemens du monde une si étroite liaison, que je n’ai pu me dispenser de raconter les progrès, les persécutions, l’établissement, les divisions, le triomphe et la corruption graduelle du christianisme. J’ai différé à dessein toute réflexion sur deux objets intéressans dans l’étude de l’esprit humain, et qui influèrent sur le déclin et sur la chute de l’Empire romain. 1o. L’institution de la vie monastique[1], et 2o. la conversion des Barbares du Nord.

La vie monastique. Origine des moines.

I. La paix et la prospérité introduisirent la distinction de simples chrétiens et de chrétiens ascétiques[2]. La multitude se contentait d’une pratique

  1. Thomassin (Discipl. de l’Église, t. I, p. 1419-1426) et Hélyot (Hist. des Ordres monastiques, t. I, p. 1-66) ont savamment discuté l’origine des institutions monastiques. Ces auteurs sont très-instruits et passablement impartiaux ; et la différence de leurs opinions découvre ce sujet dans toute son étendue. Cependant ceux des protestans qui hésiteraient à donner leur confiance à des écrivains papistes, peuvent consulter le septième livre des Antiq. chrétiennes de Bingham.
  2. Voyez Eusèbe (Démonstrat. évangél., l. I, p. 20, 21,