Ouvrir le menu principal

Page:Gibbon - Histoire de la décadence et de la chute de l'Empire romain, traduction Guizot, tome 6.djvu/300

Cette page a été validée par deux contributeurs.



CHAPITRE XXXV.
Invasion de la Gaule par Attila. Il est repoussé par Ætius et les Visigoths. Attila envahit et évacue l’Italie. Mort d’Attila, d’Ætius et de Valentinien III.

Attila menace les deux empires, et se prépare à envahir la Gaule. A. D. 450.

L’EMPEREUR Marcien pensait qu’il fallait éviter la guerre lorsqu’on pouvait conserver honorablement une paix solide ; mais il pensait aussi que la paix ne pouvait être ni solide ni honorable quand un souverain montrait pour la guerre une aversion pusillanime. Telles étaient les maximes qui dictèrent sa réponse au roi des Huns, lorsqu’il demanda insolemment le paiement du tribut annuel. L’empereur signifia aux Barbares qu’ils eussent à cesser d’insulter la majesté de l’empire par le nom de tribut ; qu’il était disposé à récompenser avec libéralité la fidélité de ses alliés ; mais que s’ils osaient troubler la paix de ses états, ils apprendraient que ses soldats ne manquaient ni de fer ni de courage pour les repousser. Apollonius, son ambassadeur, osa, même dans le camp des Huns, tenir le même langage ; et en refusant de remettre les présens avant d’avoir été admis à l’audience du monarque, il montra un sentiment de dignité et un mépris du danger qu’Attila ne croyait plus devoir attendre des Romains dégénérés[1]. Le fougueux Barbare menaça de châtier le successeur

  1. Voyez Priscus, p. 39-72.