Page:Gibbon - Histoire de la décadence et de la chute de l'Empire romain, traduction Guizot, tome 6.djvu/248

Cette page a été validée par deux contributeurs.



CHAPITRE XXXIV.
Caractère, conquêtes et cour d’Attila, roi des Huns. Mort de Théodose le jeune. Élévation de Marcien sur le trône de l’Orient.

Les Huns. A. D. 376-433.

LES Goths et les Vandales, chassés par les Huns, pesaient sur l’empire d’Occident ; mais les Huns vainqueurs ne s’étaient pas distingués par des exploits dignes de leur puissance et de leurs premiers succès. Leurs hordes victorieuses couvraient le pays situé entre le Danube et le Volga ; mais les forces de la nation, épuisées par les discordes des chefs indépendans les uns des autres, dont la valeur se consumait sans utilité en d’obscures excursions, n’avaient d’autre but que le pillage ; et, à la honte de la nation, l’espoir du butin les faisait souvent passer sous les drapeaux des ennemis qu’ils avaient vaincus. Sous le règne d’Attila[1], les Huns redevinrent la

  1. On peut trouver des matériaux authentiques pour l’histoire d’Attila, dans Jornandès, De rebus get., c. 34-50, p. 660-688, édit. Grot. et Priscus, Excerpta de legationibus, p. 33-76 ; Paris, 1648. Je n’ai pas lu les Vies d’Attila composées par Juvencus-Cæcilius Calanus-Dalmatinus, dans le douzième siècle, ou par Nicolas Olahus, archevêque de Gran, dans le seizième. Voyez l’Histoire des Germains, par Mascou, IX, 23, et Osservazioni litterarie, de Maffei, t. I, p. 88, 89. Tout ce qu’ont ajouté les Hongrois modernes est probablement fabuleux, et ils ne paraissent