Page:Gibbon - Histoire de la décadence et de la chute de l'Empire romain, traduction Guizot, tome 4.djvu/84

Cette page a été validée par deux contributeurs.


sés. Il comparait avec indignation les Syriens efféminés à l’honnête et brave rusticité des Gaulois, auxquels il ne connaissait d’autre vice que l’intempérance, qu’il était tenté de leur pardonner[1]. Si Julien revenait aujourd’hui dans la capitale de la France, il y trouverait des hommes savans et des génies capables d’entendre et d’instruire un disciple des Grecs. Il excuserait sans doute les vives et agréables folies d’une nation en qui les jouissances du luxe n’ont jamais énervé l’esprit martial ; et il serait forcé d’applaudir à la perfection de cet art inestimable qui adoucit, épure et embellit le commerce de la société.



    l’usage du quatrième siècle, prit ensuite le nom territorial de Parisii.

  1. Julien, in Misopogon., p. 359, 360.