Page:Gibbon - Histoire de la décadence et de la chute de l'Empire romain, traduction Guizot, tome 4.djvu/335

Cette page a été validée par deux contributeurs.


toire ne peut conserver que le souvenir de ses actions ; [Décembre A. D. 361. Mars A. D. 363.]mais ce qui existe encore de ses volumineux écrits atteste son application et l’étendue de son génie. Le Misopogon, les Césars, plusieurs de ses discours, et son ouvrage savant et rédigé avec soin contre la religion chrétienne, furent composés pendant les longues nuits de deux hivers, dont il passa le premier à Constantinople, et l’autre à Antioche.

Réforme du palais.

La réforme de la cour impériale fut un des premiers actes et des plus nécessaires du gouvernement de Julien[1]. Peu après son entrée dans le palais de Constantinople, il eut besoin du service d’un barbier. Un officier magnifiquement vêtu se présenta respectueusement. « C’est un barbier que je demande, s’écria le prince avec une feinte surprise, et non pas un receveur général des finances[2]. » Il lui demanda en quoi consistaient les profits de son emploi, et il apprit qu’en outre d’un salaire et de quelques profits considérables, le barbier avait encore la subsistance de vingt valets et d’autant de chevaux. L’abus d’un luxe inutile et ridicule avait créé mille charges de barbiers, mille chefs de gobelets, mille cuisiniers.

  1. La réforme du palais est détaillée par Ammien, XXII, 4 ; Libanius, orat. Parent., c. 62, p. 288, etc. ; Mamertin, in Panegyr. vet., XI, 11 ; Socrate, l. III, c. 1 ; et Zonare, t. II, l. XIII, p. 24.
  2. Ego non rationalem jussi, sed tonsorem acciri. Zonare substitue au mot de financier celui de sénateur, qui paraît moins naturel ; cependant un officier des finances, rassasié de richesses, pouvait désirer et obtenir l’entrée du sénat.