Page:Gibbon - Histoire de la décadence et de la chute de l'Empire romain, traduction Guizot, tome 10.djvu/66

Cette page a été validée par deux contributeurs.


[Moïse.] sept préceptes de Noé[1], et les sabéens révéraient obscurément la mémoire d’Abraham dans la Chaldée, où ce patriarche avait reçu le jour. Mahomet ajoutait que des myriades de prophètes inspirés par Dieu, Moïse et Jésus-Christ seuls vivaient et régnaient encore, et que tout ce qui restait des écrits inspirés se trouvait dans les livres de l’ancien et du nouveau Testament. Le Koran[2] a consacré et embelli l’histoire miraculeuse de Moïse, et les Juifs peuvent se venger de leur captivité par le plaisir de voir leurs dogmes adoptés par les nations dont ils tournent en ridicule les symboles de foi plus récens. Le prophète des musulmans montre beaucoup de respect pour l’auteur du christianisme[3]. [Jésus.]« Jésus-Christ, fils de Marie, dit-il, est vraiment l’apôtre de Dieu, il est sa parole envoyée dans le sein de Marie, il est un esprit qui procède de lui ; il mérite des honneurs en ce monde et dans l’autre ; c’est un de ceux qui approchent le plus de la face de Dieu[4]. » Il accumule sur sa tête les merveilles des Évangiles

  1. Les sept préceptes de Noé sont expliqués par Marsham (Canon. chronicus, p. 154-180), qui adopte en cette occasion le savoir et la crédulité de Selden.
  2. D’Herbelot a agréablement semé, dans ses articles Adam, Noé, Abraham, Moïse, etc., les légendes inventées par l’imagination des musulmans, qui ont construit leur édifice sur les fondemens de l’Écriture et du Talmud.
  3. Koran, c. 7, p. 128, etc. ; c. 10, p. 173, etc. ; d’Herbelot, p. 647, etc.
  4. Koran, c. 3, p. 40 ; c. 4, p. 80 ; d’Herbel., p. 390, etc.