Page:Gibbon - Histoire de la décadence et de la chute de l'Empire romain, traduction Guizot, tome 10.djvu/51

Cette page a été validée par deux contributeurs.


bles ennemis recevaient avec une foi égale l’ancien Testament. Les Arabes aimaient à découvrir dans l’histoire des patriarches hébreux des traces de leur origine. Ils célébraient la naissance d’Ismaël et les promesses qui lui avaient été faites ; ils révéraient la foi et les vertus d’Abraham ; ils faisaient remonter sa généalogie et la leur jusqu’à la création du premier homme, et adoptèrent avec la même crédulité les prodiges du texte sacré et les songes et les traditions des rabbins juifs.

Naissance et éducation de Mahomet. A. D. 569-609.

L’origine basse et vulgaire qu’on a donnée à Mahomet est une calomnie maladroite des chrétiens[1], qui relèvent ainsi le mérite de leur adversaire, au lieu de l’abaisser. Sa descendance d’Ismaël était un privilége ou une fable commune à toute la nation[2] ;

    Hist. crit. du vieux et du nouveau Testament, t. I, p. 180, 181, 282, 286, 293, 305, 306 ; t. IV, p. 206.)

  1. In eo conveniunt omnes, ut plebeio vilique genere ortum, etc. (Hottinger, Hist. orient., p. 136.) Cependant Théophane, le plus ancien des historiens grecs modernes, et le père de plus d’un mensonge, avoue que Mahomet était de la race d’Ismaël, εκ μιας γενικωτατης φυλης (Chron., p. 277).
  2. Abulféda (in Vit. Mohammed., c. 1, 2) et Gagnier (Vie de Mahomet, p. 25-97) exposent la généalogie du prophète, telle qu’elle est reçue parmi ses compatriotes. À la Mecque, je ne voudrais pas contester son authenticité ; mais à Lausanne, je me permettrai d’observer, 1o. que depuis Ismaël jusqu’à Mahomet l’intervalle est de deux mille cinq cents ans, et que les musulmans ne comptent que trente générations au lieu de soixante-quinze ; 2o. que les Bedouins