Page:Gibbon - Histoire de la décadence et de la chute de l'Empire romain, traduction Guizot, tome 10.djvu/474

Cette page a été validée par deux contributeurs.


précieux auquel nous devons la matière de ces élégantes superfluités, et des ouvriers habiles dans l’art de les fabriquer ; mais les Arabes avaient eu l’adresse de dérober ce secret ; les califes de l’Orient et de l’Occident auraient cru s’avilir en tirant d’un pays infidèle leurs meubles et leurs étoffes ; et deux villes d’Espagne, Alméria et Lisbonne, devinrent célèbres par leurs manufactures d’étoffes de soie, par l’usage qu’on en faisait, et peut-être par leurs exportations en ce genre. [Elles passent de la Grèce en Sicile.]Les Normands introduisirent ces fabriques dans la Sicile ; et en y portant ainsi un art utile, Roger distingua sa victoire des infructueuses et uniformes hostilités de tous les siècles. Après le sac de Corinthe, d’Athènes et de Thèbes, son lieutenant embarqua à sa suite une foule captive de tisserands et d’ouvriers des deux sexes ; trophée glorieux pour son maître, autant que honteux pour l’empereur grec[1]. Le roi de Sicile fut sensible à la

  1. Inde ad interiora Græciæ progressi Corinthum, Thebas, Athenas antiquâ nobilitate celebres expugnant ; et maximâ ibidem præda direptâ, opifices etiam qui Sericos pannos texere solent, ob ignominiam imperatoris illius, suique principis gloriam, captivos deducunt. Quos Rogerius, in Palermo Siciliæ metropoli collocans, artem texendi suos edocere præcepit ; et exhinc prædicta ars illa, prius à Græcis tantum inter christianos habita, Romanis patere cœpit ingeniis. (Otho Frisingen., De Gestis Frederici Imper., l. I, c. 33 ; in Muratori, Scriptor. Ital., t. VI, p. 668). Cette exception permet à l’évêque de vanter Lisbonne et Almérie, in sericorum pannorum opificio prænobilissimæ (in Chron., apud Muratori, Annal. d’Ital., t. IX, p. 415).