Page:Gibbon - Histoire de la décadence et de la chute de l'Empire romain, traduction Guizot, tome 10.djvu/455

Cette page a été validée par deux contributeurs.



CHAPITRE LIII.
État de l’empire d’Orient au dixième siècle. Son étendue et sa division. Richesses et revenus. Palais de Constantinople. Titres et emplois. Orgueil et puissance des empereurs. Tactique des Grecs, des Arabes et des Francs. Perte de la langue latine. Études et solitude des Grecs.

Mémoire sur l’empire grec.

QUELQUES rayons de lumière semblent percer la profonde obscurité du dixième siècle. Nous jetons les yeux avec curiosité et avec respect sur les ouvrages de Constantin Porphyrogenète[1], composés à un âge mûr, pour l’instruction de son fils, et où il nous annonce qu’il va développer à nos regards l’état de l’empire d’Orient au dedans et au dehors, durant la paix et durant la guerre. [Écrits de Constantin Porphyrogenète.]Dans le premier Écrits de ces ouvrages l’empereur décrit minutieusement les pompeuses cérémonies de l’Église et du palais de Constantinople, d’après son cérémonial et celui de ses prédécesseurs[2]. Il tâche, dans le second, de

  1. Claudien développe avec élégance le sens de l’épithète de Πορφυρογενητος, porphyrogenète, ou né dans la pourpre.

    Ardua privatos nescit fortuna Penates ;
    Et regnum cum luce dedit. Cognata potestas
    Excepit Tyrio venerabile pignus in ostro.


    Et Ducange rapporte dans son Glossaire grec et latin plusieurs passages qui expriment la même idée.

  2. Un superbe manuscrit de Constantin (De Cæremoniis