Page:Gibbon - Histoire de la décadence et de la chute de l'Empire romain, traduction Guizot, tome 10.djvu/436

Cette page a été validée par deux contributeurs.


les objets les plus respectables de la foi des musulmans. Ses soldats passèrent au fil de l’épée cinquante mille citoyens ou étrangers, souillèrent l’enceinte du temple en y enterrant trois mille morts ; le puits de Zemzem fut rempli de sang ; on enleva la gouttière d’or ; les sectaires impies se partagèrent le voile de la Caaba, et portèrent en triomphe dans leur capitale la pierre noire qui était le premier monument de la nation. Après tant de sacriléges et tant de cruautés, ils continuèrent à infester les frontières de l’Irak, de la Syrie et de l’Égypte ; mais le principe vital du fanatisme s’était desséché dans la racine. Par scrupule ou par cupidité, ils rouvrirent aux pèlerins la route de la Mecque ; ils rendirent la pierre noire de la Caaba : il est inutile d’indiquer les factions qui les divisèrent ou les armes qui les anéantirent. La secte des Carmathiens peut être envisagée comme la seconde des causes visibles qui contribuèrent à la décadence et à la chute de l’empire des califes[1].

Révolte des provinces. A. D. 800-936.

La pesanteur et l’étendue de l’empire lui-même furent la troisième cause de sa destruction, et celle qui s’offre au premier coup d’œil. Le calife Almamon se vantait d’avoir plus de facilité à conduire l’Orient

  1. Consultez sur la secte des Carmathiens, Elmacin (Hist. Saracen., p. 219, 224, 229, 231, 238, 241, 243), Abulpharage (Dynast., p. 179-182), Abulféda (Annal. moslem., p. 218, 219, etc., 245, 265, 274), et d’Herbelot (Bibl. orient., p. 256-258, 635). J’y trouve, sur les matières de Théologie et sur la chronologie, des contradictions qu’il serait difficile et peu important d’éclaircir.