Page:Gibbon - Histoire de la décadence et de la chute de l'Empire romain, traduction Guizot, tome 10.djvu/289

Cette page a été validée par deux contributeurs.


s’attendait à voir l’auteur de la mort de Grégoire se présenter pour réclamer le prix le plus précieux de la victoire : aucun ne paraissant, on crut qu’il avait été tué dans le combat ; mais les larmes et les douloureuses exclamations de la fille du préfet, au moment où elle aperçut Zobeir, révélèrent le courage et la modestie de ce brave soldat. On offrit la malheureuse captive au meurtrier de son père, qui daigna à peine la recevoir au nombre de ses esclaves, déclarant froidement qu’il avait consacré son glaive au service de la religion, et qu’il travaillait pour obtenir un prix bien supérieur aux charmes d’une mortelle, et à la richesse d’une vie passagère. On lui accorda d’ailleurs une récompense analogue à son caractère ; on le chargea de l’honorable commission de porter au calife Othman la nouvelle du succès des musulmans. Les compagnons de Mahomet, les chefs et le peuple, s’assemblèrent dans la mosquée de Médine, pour entendre le récit de Zobeir ; et l’orateur n’ayant rien oublié, si se n’est le mérite de ses avis et celui de ses actions, les Arabes joignirent le nom d’Abdallah aux noms héroïques de Caled et d’Amrou.[1]

Progrès des Sarrasins en Afrique. A. D. 665-689.

L’invasion commencée par les Sarrasins vers l’occident fut suspendue l’espace d’environ vingt an-

  1. Επεςρατσυσαν Σαρακηνοι την Αφρικην, και συμβαλοντες τω τυραννω Γρηγοριω το‍υτος τρεπο‍υσι και το‍υς συν αυτω κτεινο‍υσι και ςοικησαντες φορο‍υς μετα των Αφρων υπεςρεψαν. (Théophane, Chronograph., p. 285, édit. de Paris.) Sa Chronologie est incertaine et inexacte.