Page:Gavarni - Grandville - Le Diable à Paris, tome 4.djvu/99

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


« C’est vous… oui, c’est vous, mademoiselle. »

« Un second regard pouvait cependant me trahir ; je cache ma confusion et mes larmes dans mon mouchoir, et nous arrivâmes ainsi à l’hôtel. Ma mère recevait, et il y avait encore du monde. M. d’Auterres la fait appeler mystérieusement dans sa chambre, où je m’étais jeté sans rien dire sur un divan, la tête sur un coussin, pour me cacher. Ce fut alors que M. d’Auterres, d’un air profondément lugubre et solennel, chercha à expliquer à ma mère les terribles nouvelles qu’il avait à lui apprendre. « Ce secret, s’écria-t-il d’abord, mourra dans mon sein ; mais vous comprenez que mes projets, mes espérances, sont à jamais anéantis.

— Mais, que voulez-vous dire ?

— Hélas ! reprit-il en me montrant, la voilà… C’est une imprudence, une grande imprudence ; mais vos conseils, l’exemple de votre vertu…

— En effet, dit ma mère, quel est ce domino ?

— Ah ! madame, dit M. d’Auterres, ne l’accablez pas de votre colère… Je n’ose vous dire…

— Mais qui êtes-vous donc ? me dit la marquise.

— C’est moi, ma mère, lui dis-je en grossissant ma voix.

— Toi, Léonce, dit ma mère en riant. Ah ! reprit-elle, je ne suis pas si sévère, que d’en vouloir à mon fils d’avoir été au bal de l’Opéra…

— Léonce ! s’écria M. d’Auterres, votre fils !… Mais mademoiselle votre fille ?

— Elle est au salon. »

« M. d’Auterres éprouva un mouvement d’hésitation qui lui fit garder le silence. Il eut envie de se fâcher, et le premier regard qu’il jeta sur moi fut terrible ; mais j’avais un air si modeste et ma mère un air si ébahi, qu’il prit le parti de rire et de raconter la mystification à ma mère.

« Elle fut sur le point de se fâcher de ce que M. d’Auterres avait pu croire ma sœur capable de cette inconséquence ; mais le pauvre prétendu répétait toujours :

« Ce sont les pantoufles… cette pantoufle, disait-il, si petite…

— Mais ma fille, monsieur…

— Qui diable eût pu penser, reprenait-il, qu’un homme eût pu chausser ces maudites pantoufles ? »

« Je pris un air tragique et je lui dis gravement :

« Eh bien, monsieur, la voici, cette pantoufle, prenez-la ; et si jamais