Page:Gavarni - Grandville - Le Diable à Paris, tome 4.djvu/82

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


« Mademoiselle n’a pas oublié qu’elle m’a fait l’honneur de me promettre la première contredanse ?

— Non, monsieur, non, » dit Lise en lui tendant la main.

Cette main tremblait encore.

X

Heureusement pour Sterny qu’il avait été tellement entraîné par le charme qui émanait de cette belle enfant, et peut-être aussi par son succès, qu’il n’avait pas eu le temps de réfléchir à tout ce qu’il venait de faire. Mais il en eût peut-être été épouvanté, s’il eût eu un moment de solitude libre, pour considérer ce qu’il avait osé d’excentrique à ses habitudes. Le hasard en décida autrement.

L’orchestre avait donné le signal de la danse, et Sterny y prit place avec Lise.

Lise était belle, belle comme on rêve les anges avec la sainte sérénité de l’innocence et le repos candide du bonheur. Cette beauté avait ébloui Sterny, et il l’avait longtemps contemplée avec le seul plaisir des yeux, comme une œuvre admirable qui glorifie, pour ainsi dire, la forme humaine en montrant combien elle peut être magnifique et gracieuse.

Mais à ce moment, Lise, tremblante à ses côtés, lui parut bien plus charmante qu’il ne l’avait encore vue. Il y avait sur ce visage si pur une expression indicible de bonheur, de crainte et d’étonnement. Il se passait dans le cœur de cette enfant quelque chose d’inaccoutumé qui la ravissait et lui faisait peur. Son cœur venait de tressaillir dans sa poitrine, et il lui semblait qu’il y avait en elle une partie de son être qui n’avait pas encore vécu et qui s’agitait pour vivre.

Dieu a donné deux fois cette ineffable émotion à la femme, la première fois qu’elle se sent aimer, et la première fois qu’elle se sent mère. Mais aucun pinceau, aucune plume ne peut exprimer cette extase agitée qui resplendissait sur le visage de Lise ; et Sterny, qui la regardait, s’en laissait pénétrer sans se rendre compte lui-même de l’enivrement inconnu qu’il éprouvait. Il voulut lui parler, et sa voix hésita ; elle voulut répondre, et sa voix hésita comme celle de Léonce.

Toute cette contredanse se passa ainsi entre eux ; et ce ne fut qu’en reconduisant Lise à sa place que Sterny pensa qu’il allait être séparé d’elle ; aussi lui dit-il tout bas :