Page:Gavarni - Grandville - Le Diable à Paris, tome 4.djvu/55

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


— Je vais à un mariage.

— Qui donc se marie ? » dit l’interrogateur.

Et tout aussitôt une demi-douzaine dè têtes se levèrent ; on échangea des regards, on chercha au plafond, et chacun répéta en soi-même la question :

« Qui donc se marie ? »

Sterny vit cette pantomime, et se hâta d’y répondre d’un ton indifférent en disant :

« Personne, messieurs, personne ; c’est une affaire particulière.

— Et à quelle heure en serez-vous débarrassé ?

— Je n’en sais rien ; mais je m’esquiverai immédiatement après l’église, quand je ne serai plus nécessaire.

— Vous êtes donc nécessaire ?

— Je suis témoin du futur.

— Témoin du futur ? répéta-t-on de tous côtés.

— Oui, reprit Sterny qui voyait l’étonnement se peindre sur tous les visages ; oui, témoin du filleul de mon père. Il m’a écrit à ce sujet une lettre qui ne me permettait pas de refuser à ce brave garçon un plaisir qu’il considère comme un grand honneur. Voilà tout ce dont il s’agit ; et maintenant, ajouta Sterny en se levant, achevez de déjeuner en paix. À ce soir ! »

Comme il sortait, l’un de ses amis lui cria :

« Où se fait-il, ton mariage ?

— Ma foi, je n’en sais rien. Le rendez-vous est chez la future… rue Saint-Martin, à midi ; il est midi un quart… Adieu ! »

Il partit, et quoique cet événement fût d’une très-mince importance, il n’en fut pas moins le texte d’une assez grande conversation.

« Le vieux marquis de Sterny, dit un fils de potier enrichi qui professait un grand respect pour les traditions héréditaires, le vieux marquis de Sterny a gardé un peu des habitudes de patronage de l’ancienne noblesse ; donc ce qui arrive à Sterny serait une chose d’assez bon goût à faire ; mais malgré son grand nom il n’y entend rien, et au lieu d’être bon et affectueux pour ces pauvres gens, il va leur porter un air ennuyé ou moqueur, et pourtant…

— Pourtant, dit un ex-beau de quarante ans, à qui l’on contestait le titre de lion, élégant, fort gros et très-laid, espèce de pédicure opulent, qui appelait toutes les femmes la petite… ; pourtant cela pourrait être amusant ; il y a de très-jolies femmes parmi tout ça.