Page:Gavarni - Grandville - Le Diable à Paris, tome 4.djvu/52

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


bien encore qu’elles aient recours au suicide pour se délivrer du fardeau de la vie !

« Mais n’est-il pas étrange, ajoutait le philosophe, que de toutes ces femmes, la seule qui ait conservé le souvenir et le portrait de ses anciens amants soit précisément celle qui s’est relevée dans l’estime du monde, celle qui occupe une position honorable et qui se pare du titre d’épouse et de mère ! »

M. Palémon fut fidèle à sa promesse de revenir aux Batignolles ; il y revint tous les jours, car il ne songeait plus à quitter Paris. Il avait parlé à Mme Rondin du legs de Robert. « Les cent mille francs vous reviennent de droit, disait-il.

— Oui, mais comment les prendre ? À quel titre les accepter ? Quel motif donner à mon mari ?

— Il y a un moyen de tout arranger, répondit M. Palémon. Accordez-moi la main de votre charmante fille, je l’épouse sans dot, et je lui reconnais par contrat de mariage un apport de cent mille francs. »

Mme Rondin n’avait rien à refuser à M. Palémon ; M. Rondin ne refusait rien à sa femme, et d’ailleurs le sans dot et les cent mille francs étaient d’un grand poids dans la balance du rentier.

La jeune fille fut sacrifiée ; elle unit ses seize printemps aux soixante hivers de M. Oscar Palémon.

eugène guinot.


T4 - p048 - Les veuves du diable.png