Page:Gavarni - Grandville - Le Diable à Paris, tome 4.djvu/171

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


grands alors ; la famine l’éprouva cruellement ; Charles le Chauve fit plusieurs tentatives pour repousser les barbares du Nord, et deux fois il les éloigna à prix d’or, mais la ville ne retrouva quelque sécurité que lorsque les rois de la troisième race en firent leur résidence. Robert, au xe siècle, reconstruisit les églises détruites par les pirates, et se bâtit un palais dans la Cité. Louis VI défendit les têtes de pont qui reliaient l’île aux deux rives de la Seine par le grand et le petit Châtelet ; peut-être même entoura-t-il d’une muraille la ville de la rive droite où s’était concentré tout le commerce de Paris, tandis que les écoles et les abbayes commençaient à se fonder sur la rive gauche, et, parmi elles, celle d’Abélard qui fut si florissante au commencement du xiie siècle. Avec Philippe-Auguste, Paris prit une grande importance ; il fut protégé par une enceinte, qui, sur la rive gauche, commençait à la Tournelle et finissait à la tour de Nesle, et qui, sur la rive droite, allait de la tour Barbeau à la tour de Nesle, espace aujourd’hui compris entre le pont de la Tournelle, l’Institut, la rue Culture-Sainte-Catherine et la colonnade du Louvre. Soixante-sept tourelles, sans compter les donjons des portes, défendaient cette muraille crénelée. Philippe-Auguste éleva également la tour du Louvre qu’une chaîne rattachait à la tour de Nesle, en barrant le cours du fleuve ; il fit paver la Cité, activa les travaux de Notre-Dame, commencée en 1163, et protégea fort l’Université contre les bourgeois. Ceux-ci à cette époque nommaient leur prévôt des marchands, véritable officier municipal, assisté d’échevins, qui marchait l’égal du prévôt de Paris, l’homme du roi.

L’accroissement de la capitale progressa toujours. Pendant le xiiie siècle, les vides de l’enceinte de Philippe-Auguste se remplirent. Saint Louis fonda les nouvelles églises de Sainte-Catherine et de Saint-Nicolas, les couvents des Jacobins, des Grands-Augustins, des Cordeliers, des Carmes et des Chartreux, l’établissement des Quinze-Vingts, l’Université, c’est-à-dire l’ensemble des écoles, les collèges d’Harcourt et de la Sorbonne, et dans son palais il érigea cette admirable Sainte-Chapelle, qui est un des chefs-d’œuvre de l’art ogival du xiiie siècle. De cette époque date la police régulière de Paris, qui fut commandée par le chevalier du guet.

Sous Philippe le Bel, les bourgeois revendiquèrent pour la première fois leurs droits, en se révoltant contre le roi qui les accablait d’impôts excessifs ; le roi dut se réfugier dans la tour du Temple, qui appartenait à l’ordre si riche des Templiers, anéanti, en 1314, par le supplice de